Il n'y a pas d'âge pour réaliser ses rêves


A l’âge de 7 ans, mon grand frère Adel a eu la bonne idée de m’amener au cinéma, voir le voleur de Bagdad. Ce fut pour moi une expérience inoubliable, mais surtout une révélation. Quand à la fin du film, les lumières de la salle se sont rallumées, c’était une évidence « que quand je serai grand, je travaillerai dans le cinéma ».

Plus tard, avec la caméra super 8 de mon père et une visionneuse achetée d’occasion, je réalisais avec mes potes de quartier des petits courts-métrages pas très aboutis, mais le temps aidant, en regardant des films, je me perfectionnais et m’améliorais dans l’écriture de mes scénarios et de mes réalisations.

 

Après avoir fait mes premières armes, je réalise un premier vrai court-métrage intitulé « Arrête la B.D » qui me vaudra le premier prix du clap d’or à Paris. Cette première récompense m’encouragera à ne pas baisser les bras et à redoubler d’efforts pour en réaliser d’autres « La troisième victime », « Photo voilée », et « Les 11 coups de minuit ».

Fort de ces réalisations, je vais alors me lancer dans l’écriture de mon premier scénario de long métrage et je vais très vite me rendre compte que le projet est trop ambitieux, trop coûteux et qu’aucun producteur ne me fera confiance pour porter cette histoire à l’écran. J’écris alors un tout nouveau scénario intitulé « L’envol du Massaïa » que je dépose dans de nombreuses sociétés de production… Malheureusement les retours seront tous négatifs.

 

Je prends alors la décision de faire le film moi-même. L’idée qui vient de germer dans mon esprit semble complètement folle mais je crois au potentiel de cette nouvelle histoire qui me permettra de fédérer autour de moi.

Après avoir réuni quelques petites économies, je décide de lancer la machine en omettant volontairement le fait que j’arriverais très rapidement à cours d’argent mais l’important pour moi n’est pas là, je sais qu’il nous faut commencer… Après nous verrons bien ! Le seul fait de trop réfléchir et d’être trop raisonnable me condamnerait à mettre un terme à mes projets ainsi qu’aux rêves que nous nourrissons depuis toujours avec mon proche entourage.

 

Il ne me reste plus qu’à leur transmettre cette positivité qui ne me quitte plus pour les convaincre de sauter le pas avec moi et réunir une petite équipe de professionnels et de passionnés du 7éme art, qui pour certains me suivent depuis mes débuts.

Inutile de vous énumérer les difficultés auxquelles nous avons dû faire face et les solutions qu’il a fallu trouver durant toute la préparation et depuis le tout premier jour de tournage…

 

Heureusement pour moi, la magie des images a opéré dès les premières séquences, ce qui a terminé de convaincre mes proches  à se risquer financièrement pour aller encore un peu plus loin…

Aujourd’hui 70% du film a été tourné et le reste est en préparation, avec un seul objectif, le terminer avant la fin de l’année. Je profite de cette occasion pour remercier chaleureusement toutes celles et ceux qui ont apporté leur pierre à cet édifice et à tous ceux qui nous rejoindront.

 

A vous qui me lisez… Quelque soit votre chemin, sachez qu’il n’y a pas d’âge pour vous réaliser. Si vous avez un rêve ou un projet qui vous anime, lancez-vous, croyez-en vous et ne laissez jamais personne vous démoraliser ou vous dévaloriser.

Comme tant d’autres, j’ai eu mille fois l’occasion de me détourner de mes rêves car les difficultés vous ramènent sans cesse à l’évidence et aux urgences du quotidien mais gardez à l’esprit qu’il y a des gens qui baissent les bras dix mètres avant l’arrivée…

Pour ça, osez braver ce qui vous semble impossible et n’oubliez jamais que l’abnégation, la volonté et la passion sont les clefs de la réussite.